Changez d'espace Magazine Galerie Factory
Accueil > Factory > Univers > Librairie > Nouveautés > Emanuele Scorcelletti - Elegia Fantastica

Elegia Fantastica

Emanuele Scorcelletti
Hemeria
Année de publication: 2022
Nombre de pages: 200
Etat: neuf
Reliure: hardcover
ISBN: 9782490952038
Langue: Français / Anglais / Italien
68,00 €

Le lien profond d’Emanuele Scorcelletti avec la région des Marches, en Italie, est le point de départ d’un projet artistique qu’il mène depuis plusieurs années et qu’il a intitulé Elegia Fantastica. Ce voyage introspectif dans les lieux du passé est porté par une démarche esthétique qui nous emporte du réel d’hier (Mémoires) à l’invisible d’aujourd’hui (Visions). Ce faisant, il transforme une expérience émotionnelle intime avec les lieux de son enfance et ses paysages intérieurs en une réflexion sur la mémoire collective et sur la transmission.

Le livre comprend les contributions critiques de trois personnalités expertes du monde de l’art et de la photographie, qui analysent la recherche artistique d’Emanuele Scorcelletti en la situant à la fois dans une histoire de la photographie contemporaine et au sein d’un panorama artistique international. Ces textes critiques sont présentés en trois langues : italien/français/anglais.

Cyril Drouhet est directeur de la photographie et des reportages au Figaro Magazine
« Le regard d’Emanuele Scorcelletti, connu pour capter le côté humain des stars du cinéma et de la mode, a évolué, et c’est toute la subtilité de cette exposition, comme si cette introspection visuelle allait fouiller dans une mémoire toujours plus lointaine, toujours plus imprécise, toujours plus expressionniste, à la limite de l’irréel. Avec son nouveau travail, Elegia Fantastica, les souvenirs se brouillent peu à peu et Scorcelletti s’affranchit peu à peu des règles techniques traditionnelles de la photographie, comme celles du temps de pose ou du cadrage, pour obtenir des portraits blanchis par la lumière ou des paysages en noir et blanc hyper contrastés. Dans ce voyage évanescent et cette intemporalité nostalgique, des formes fantomatiques et légères évoluent dans des villes figées par les années, dans des lieux sacrés préservés par une foi millénaire, dans un monde rural épargné par la frénésie du modernisme. Des images en mouvement qui révèlent un travail onirique comme une ode à l’Italie éternelle, comme un poème murmuré aux blessures de la vie dans lequel flotte un certain parfum d’innocence. »

Denis Curti est critique de la photographie et commissaire d’expositions
« Les deux chapitres qu’Emanuele a écrit avec la lumière révèlent le potentiel humain dont il est capable. […] Ils nous montrent et confirment l’idée que le monde, tel que nous le connaissons, est en fait construit par les images que nous en avons accumulées au fil du temps. Les choses qui nous entourent, en elles-mêmes, sont toujours les mêmes. Ce qui change, c’est la façon dont nous les regardons, notre perspective, notre état d’esprit. Emanuele Scorcelletti souhaite montrer aux autres ce qu’il ressent. Ses apparences sont le dévoilement de son intimité. Ses abstractions sont les déclinaisons d’un ton de voix qui est toujours seulement chuchoté. »

Simona Cardinali est historienne de l’art des musées civiques du Palazzo Pianetti, Jesi
« Ce que nous semblons tous avoir en commun, c’est la recherche d’une perspective et d’un lieu auxquels nous pouvons nous référer pour trouver un abri, même temporaire. Les lieux font donc partie d’un parcours d’une vie errante, à la fois matière vivante sur laquelle se former et aspiration ultime dans laquelle se retrouver. C’est là que s’inscrit, à mon avis, le projet photographique d’Emanuele Scorcelletti consacré aux Marches : une quête intime et personnelle […] qui trouve dans un lieu, les Marches, un ancrage à partir duquel il est possible de repartir légèrement chaque fois que l’on en a besoin. »